Skip to content


Comité stratégique sur l’enseignement des langues

Luc Chatel, le ministre de l’Education Nationale, a mis en place un comité stratégique sur l’enseignement des langues. En effet, il semblerait que l’apprentissage des langues étrangères en France laisse à désirer. C’est pourquoi le comité va se pencher sur cette difficulté d’apprendre une langue (par exemple les cours d’espagnol).

Luc Chatel souhaite se pencher plus amplement sur l’anglais et son apprentissage. Effectivement, cette langue fait partie des langues les plus parlée au monde avec le chinois (les cours de chinois sont très prisés). Mais, son apprentissage reste assez compliqué dans l’Hexagone.

Pour ce comité stratégique, le ministre de l’Education Nationale est accompagné de 17 membres , dont plusieurs linguistes renommés comme Claude Hagège (qui reçoit le prix de l’Académie française en 1986 et la Légion d’honneur en 1989)  ou encore Suzy Halimi (présidente honoraire de l’Université Paris 3).

En octobre 2011, un rapport d’étape devra être rendu au ministre et le rapport final est prévu pour fin 2011. Ce rapport sera un rapport de préconisation pour la rentrée scolaire 2012. On peut déjà dire que la pratique de l’oral doit être privilégiée lors des cours d’anglais. De plus, l’innovation et les outils numériques sont des aides précieuses pour apprendre l’anglais et accompagner les professeurs.

Pour apprendre une langue, vous pouvez prendre des cours à domicile avec un professeur particulier. Sur Trouvea.fr vous pouvez trouver un professeur de langue, qui se déplacera au domicile de l’élève et mettra en place un cours adapté aux besoins et aux compétences de l’élève.

Mots clés : , , , .

7 Réponse(s)

Vous pouvez vous abonner au flux RSS des commentaires sur cet article.

  1. Commençons par envoyer nos jeunes en immersion à l’étranger et par interdire aux profs de parler français pendant un cours de langue qu’il la maîtrise ou pas !

  2. Florence a dit

    Bonjour à tous,

    Il y a effectivement beaucoup à faire pour que nos enfants aiment l’anglais, et pour qu’ils progressent. Pour ma part, après avoir essayé toutes les méthodes possibles pour ma fille de 14 ans (cours collectifs, particuliers et soutien scolaire) j’ai enfin trouvé une solution satisfaisante: des cours d’anglais de conversation à distance avec Novoenglish. Les bonnes idées sont faites pour être partagées: novoenglish.com

  3. très intéressant cet article, merci pour le partage

  4. Sarah-Jane a dit

    Bonjour,

    En effet l’immersion à l’étranger est un très bonne chose. Malheureusement certaines familles ne peuvent pas se permettre financièrement d’envoyer un ou plusieurs enfants à l’étranger. Par contre, les professeurs d’anglais, d’espagnol, etc. devraient effectivement faire l’effort de parler dans la langue étrangère le plus souvent possible.

    Cordialement.

  5. Sarah-Jane a dit

    Bonjour,

    Les cours de conversation sont très efficaces pour s’améliorer dans une langue étrangère. C’est pourquoi il ne faut pas hésiter à prendre des cours d’anglais à domicile ou d’autres langues étrangères. Pratiquer est le moyen le plus efficace pour évoluer.

    Cordialement.

  6. Pierre Escudé a dit

    Les Français sont très mauvais en anglais. Les meilleurs ce sont les Suédois, les Danois, les Hollandais, les Allemands, etc… Un article du Monde de mercredi 10 février 2010 ne dit pas autre chose, en présentant la comparaison des niveaux d’anglais dans le monde (scores 2006-2007 au test TOEFL).
    Sur un score total possible de 120 :
    Pays-Bas 120
    Danemark 101
    Allemagne 97
    Norvège 94
    Suède 92
    Grèce 86
    France 85
    Espagne 84
    Russie 83
    Italie 78
    Japon 66

    Un peu de connaissance géographique et linguistique, un peu d’esprit critique, permettrait de lire autrement ces scores :

    A) Les meilleurs en anglais sont les locuteurs d’une même famille : les 5 premiers pays sont tous de langue appartenant à la famille germanique. S’interroge-t-on sur l’unité du thermomètre ? Celsius ou Fahrenheit ? Sommes-nous à ce point aliénés ou aveuglés au pays de Voltaire et des Lumières ? Changeons le thermomètre et mettons la famille romane (elle ne fait que 42% de locuteurs dans l’Europe des 27, contre 39% pour les locuteurs anglo-germaniques) et nous aurions les mauvais (Espagne, Portugal, Italie, France, ce que certains esprits avancés nomment les PIGS – j’oubliais l’Irlande) en tête de classement !
    B) Les meilleurs en langue sont ceux qui pratiquent l’intercompréhension. Danemark, Norvège, Suède, ont implanté une éducation qui traite de l’alternance des codes dès le plus jeune âge (Claire Benveniste en parle depuis 30 ans). Pays-Bas et Allemagne ont intégré une éducation plus précoce au maniement de l’anglais, langue de même famille.
    C) A cliché, cliché et demi : les Russes, pourtant connus pour être de brillants polyglottes, sont plus mauvais que les Français ! Et que dire des Japonais ! leur mauvais score dans la langue mondiale du progrès et de l’économie n’est-il pas incompréhensible pour la 3eme puissance mondiale !? Donc, apprendre l’anglais n’a aucune incidence sur la force économique et la créativité des entreprises et des richesses ?
    D) Et puis le peloton groupé des pays « du Sud »… Mesure-t-on le nombre d’élèves ? Certes la Grèce arrive devant nous. Elle représente 15% de notre population. L’Espagne a 30% de population de moins que nous ; l’Italie, presque autant, mais décroche de 7 points…

    Bref : l’Education Nationale, avec tous ses immenses défauts, parvient à un taux de réussite assez exemplaire. Il faut faire mieux ! Et peut-être que faire mieux ne sera possible qu’avec des experts ministériels qui savent contextualiser des données géographiques, historiques, économiques, politiques. Et savent en tirer des conséquences pour l’apprentissage des langues en France :
    – profiter de l’extraordinaire vivier historique et culturel des langues de France, pays le plus multilingue d’Europe (langues romanes, germaniques, celte, pré-indo-européenne sont sur notre territoire !)
    – développer très vite le bilinguisme avec ces langues de France qui promeuvent l’inscription dans la réalité affective et sociale française et européenne en même temps que l’alternance des codes, l’intégration des langues et des apprentissages ;
    – développer le plurilinguisme (éveil aux langues, intercompréhension intégrée avec les langues de même famille que romane : Français : 200 millions d’Européens, 700 millions dans le Monde, vous attendent !)
    – arrêter de fantasmer sur l’anglais ! non à la mono-langue (qui est le meilleur prédateur de nos langues de France, et en premier lieu du français lui-même !!!) mais oui aux langues ! apprendre mieux l’anglais, c’est l’apprendre sans complexe, sans pression, sans instrumentalisation politico-économique qui met dans l’impasse l’apprentissage enseignement de langue, et dans le désarroi l’ensemble des professeurs de langue (en premier lieu les professeurs d’anglais !)

  7. très bonne initiative de la part du Ministère de l’éducation nationale

Le code HTML est accepté

(obligatoire)

(obligatoire, mais non publié)

ou, répondre à cet article par un rétrolien.

*