Skip to content


Jeunes handicapés: des trajectoires difficiles

En France la cause des handicapés et notamment des jeunes sensibilise beaucoup de monde. Malgré la crise, l’inflation qui augmente, les problèmes qui s’accumulent, le pouvoir d’achat qui baisse, les Français se sentent de plus en plus  concernés par la vie, souvent dure, des jeunes handicapés. D’après le 2o minutes du 24 Janvier 2012, 21% des personnes interrogées ont un jeune handicapés dans leur entourage proche. La loi pour légalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapés du février 2005″ a permis une nette amélioration des conditions de vie de ces personnes, comme par exemple pour l’aide à domicile, cette question n’est plus tabou mais il reste beaucoup à faire….

En plus d’avoir transformer leur qualité de vie, cette loi a changer les mentalités. Les Français sont de plus en plus d’accord pour que les jeunes handicapés soient intégrés dans les écoles publiques plutôt que dans des centres spécilisés où ils peuvent se sentir coupés du monde extérieur. Le fait de les mélanger aux autres est très important pour leur sentiment d’intégration. Pourtant beaucoup estiment que leurs conditions d’insertion ne sont pas encore optimales pour pouvoir se sentir à l’aise. Pour remédier à cela il faudrait soutenir les accompagnants scolaires de manière plus forte notamment par l’Education nationale!

Beaucoup ont du se battre pour poursuivre leurs études. Ainsi, le métier d’auxiliaire de vie pour handicapés s’est considérablement développé ces dernières années et le soutien scolaire est de plus en plus accessible pour les familles le désirant. Une amélioration de leur formation (contenus spécifiques aux handicaps et locaux accessibles) est primordiale pour qu’ils puissent ensuite  profiter d’une insertion professionnelle réussie que n’ont pas forcément eu leurs aînés.

Mots clés : , , .

0 Réponse(s)

Vous pouvez vous abonner au flux RSS des commentaires sur cet article.

Le code HTML est accepté

(obligatoire)

(obligatoire, mais non publié)

ou, répondre à cet article par un rétrolien.

*