Skip to content


La dépendance vu de l’étranger

En ce moment la dépendance fait parler d’elle en France, notamment, avec le débat national sur la dépendance et la mise en ligne d’un site internet gouvernemental consacré à la dépendance. Pour nos voisins nordiques, la dépendance est un sujet qui les préoccupe depuis plusieurs années déjà.

Dans des pays du monde comme la Norvège, le Danemark, etc. on compense la perte d’autonomie des personnes. Effectivement, si des personnes ont besoin d’aides diverses à cause d’une perte d’autonomie, ils sont en quelque sorte pris en charge par l’État, car  les aides sont financées par les municipalités et les impôts. L’État finance donc l’aide aux personnes âgées ou bien l’assistance aux personnes handicapées, qui sont les deux publics les plus touchés par la perte d’autonomie.

En France, la notion de dépendance est avant tout une notion médicale et elle est classée  selon un classement qui va du niveau au 1 au niveau 6. La dépendance ne peut pas être améliorée d’un point de vue médical. Celle-ci fait partie du marché du service à la personne puisque  désormais de nombreux services existent pour palier cette dégradation du confort de vie: préparation des repas, courses, assistance aux personnes handicapées, etc.

Dans les pays nordiques, le marché de l’aide à la personne commence à faire changer les choses. En effet, 30% des aides à domicile finlandaises, et 40% pour les suédoises, sont des services privés. Ces services se concentrent essentiellement sur les personnes les plus dépendantes et sont beaucoup moins préventives qu’auparavant. Les services à la personne sont évidemment un secteur rentable, qui ne doit pas tomber dans de nombreux travers car il s’agit d’un service humain en priorité.

Mots clés : , , .

0 Réponse(s)

Vous pouvez vous abonner au flux RSS des commentaires sur cet article.

Le code HTML est accepté

(obligatoire)

(obligatoire, mais non publié)

ou, répondre à cet article par un rétrolien.

*