Skip to content


Services à domicile: Qui sont les consommateurs?

D’après les résultats d’une enquête sur la clientèle des services à domicile réalisée par Génius, il n’existe pas réellement de profil-type dans le domaine. Cette enquête a été réalisée sur 30 000 clients.

Cependant il existe tout de même une tendance forte dans le secteur, puisque les femmes représentent 70% de la clientèle des services à la personne. Il s’agit de femmes âgées de 25 à 80 ans avec une dominante pour les femmes de 35 à 49 ans.

On retrouve aussi les couples actifs avec enfants et les familles mono parentales, grands consommateurs de ce type de prestations avec des besoins spécifiques en garde d’enfants, sorties d’école et ménage. Ou encore les séniors avec des besoins tels que la préparation des repas, l’aide aux courses, l’aide au ménage/repassage et l’assistance aux personnes âgées.

Ce qui ressort de l’enquête au niveau des prestations les plus demandées, il s’agit des prestations de ménage, repassage, petit jardinage, garde d’enfants, soutien scolaire et assistance informatique.

Au plan géographique, l’étude fait ressortir une tendance: ce sont les régions ayant les plus fortes densités de population qui sont les plus grosses consommatrices de services à la personne. Par exemple, dans la région Rhône Alpes 8% de la population est cliente de ces prestations, 9% en région PACA et 32% en Ile de France! Le temps de transport et les horaires de travail sont les facteurs de l’augmentation des besoins de la population en services.

Un accroissement des besoins est attendu avec la prise de connaissance des avantages fiscaux liés au secteur des services à la personne.

Mots clés : , , , , , , , .

3 Réponse(s)

Vous pouvez vous abonner au flux RSS des commentaires sur cet article.

  1. Conclure à « un accroissement des besoins avec la connaissance des avantages fiscaux » est pour le moins inattendu : on ne sait pas assez que pour les personnes non-imposables, le coût des services est double que pour les personnes plus aisées, puisqu’elles ne peuvent bénéficier de la réduction de 50% : celle-ci est accordée sous forme de « réduction d’impôt » . Pas d’impôt ?, vous payez deux fois plus cher ! quel frein au développement des services…
    voyez mon blog http://jplamadeleine.blog.lemonde.fr/

  2. Flo a dit

    En effet l’enquête conclut ainsi: une prise de connaissance des avantages fiscaux va créer un besoin et booster le développement des services à la personne en les rendant plus accessibles. C’est ce qu’espère le Gouvernement avec tous ces avantages fiscaux. Cependant il est clair que la prise de connaissance des avantages fiscaux ne pourra créer un besoin en services que pour les personnes pouvant en bénéficier: autrement dit les personnes imposables.

  3. la dérive des cours à domicile vers le « coaching sportif », la danse le fitness, ou l’amaigrissement à domicile, cela vous paraît normal ?
    LE CESU le considère que certains « profitent du flou autour de la définition du mot de cours à domicile », réponse personnelle à lire sur mon blog, avec tous les détails sur les abus. Quand on sait que les moins fortunés ne peuvent bénéficier de la réduc de 50% parce que non-imposables, et que les autres dansent et se « relookent » aux frais de l’Etat, on se demande combien de temps encore on va se moquer de nous, non ?

Le code HTML est accepté

(obligatoire)

(obligatoire, mais non publié)

ou, répondre à cet article par un rétrolien.

*