Skip to content


Statut d’auto-entrepreneur décortiqué par l’enquête Ciel

Ciel est le leader français des logiciels de gestion et des services pour les petites entreprises. Ciel vient de publier le 3ème baromètre de l’auto-entrepreneur. Il présente les résultats d’une enquête réalisée auprès de 180 000 auto-entrepreneurs.

Le statut d’auto-entrepreneur existe maintenant depuis deux ans. Selon le dernier baromètre ciel, 19% d’entre eux avaient très peu d’expérience avant de se lancer dans l’aventure. Aujourd’hui, il y a une nette progression de ce chiffre car il passe à 32%. Ce statut est apparemment prisé par les personnes qui veulent travailler dans le secteur des services à la personne. Effectivement, 25% des auto-entrepreneurs travaillent dans le domaine des services à la personne, dont 10% dans le dépannage informatique.

59% des auto-entrepreneurs déclarent s’être lancés sans aide extérieure en 2010. Il y a une hausse de 11% par rapport à l’année dernière. Il en découle un fort besoin d’accompagnement surtout pour trouver une clientèle et fixer les grilles tarifaires.

Selon Ciel, ce régime instauré par la Loi de Modernisation de l’Economie (LME) a tout pour durer puisque 32% des auto-entrepreneurs souhaitent transformer leur activité en entreprise classique, 14% de plus qu’en 2009. Pour quelles raisons? En fait, il y en a 3 principales: le seuil légal du chiffre d’affaire (60%), l’embauche de salariés (13%) et la récupération de la TVA (9%). Le statut d’auto-entrepreneur semble être un véritable tremplin. D’ailleurs, le Village créateurs et auto-entrepreneurs était présent au Salon des services à la personne pour aider les gens intéressés.

Mots clés : , , , , .

Une réponse

Vous pouvez vous abonner au flux RSS des commentaires sur cet article.

  1. Autre chiffre : 60.000 auto-entrepreneurs n’ont facturé aucun chiffre d’affaires en 2010. Cela explique la modification de leur imposition à la CET (et celle de tous les AE par la même occasion).

Le code HTML est accepté

(obligatoire)

(obligatoire, mais non publié)

ou, répondre à cet article par un rétrolien.

*